PAS DE NOUVEAU VOTE POUR LES MUNICIPALES A LAIGNES !

•18 février 2015 • 2 commentaires

Le Conseil d’Etat vient de rendre son jugement qui contredit celui du Tribunal Administratif de Dijon.

Il annule l’élection de Mme Deparrois, mais confirme tous les autres élus du 1er et du second tour.

Le Conseil municipal étant donc constitué de 14 membres sur 15, il n’y a pas nécessité d’organiser de nouvelles élections (il faudrait pour cela au moins 8 sièges vacants)

J’avoue que je suis très désabusé par cette décision, il y avait plusieurs griefs susceptibles de conduire à l’annulation de l’élection et j’en suis à me demander si le dossier a été bien approfondi (à Dijon, il l’avait été, et bien que n’ayant pas d’avocat, nous avions obtenu gain de cause… A Paris, vu le nombre des affaires et à nouveau, notre absence d’avocat, je suis incapable de savoir comment l’affaire a été traitée, je sais juste qu’à l’audience où je me suis rendu, l’affaire a été expédiée en trois minutes, où seul, le rapporteur public a été entendu, sans possibilité pour personne de le contredire. Le jugement a d’ailleurs repris intégralement son avis sans tenir compte de mon dernier mémoire et de ma note en délibéré…)

Pourtant les arguments étaient nombreux et étayés par de nombreuses pièces :

1. Plus de bulletins trouvés dans l’urne que de personnes ayant voté.

2. Pression sur les bénéficiaires de la banque alimentaire par une circulaire leur indiquant que les distributions s’arrêtaient au lendemain des élections.

3. Moyens de propagande de la Mairie utilisés par la liste sortante

4. Documents de vote de la liste sortante non adressés aux membre de la liste d’opposition et à leurs familles

5. Tract officiel de la Mairie, signé du Maire indiquant faussement qu’il avait déposé plainte contre les membres de la liste adverse

6. Refus par le Maire d’inscription d’une électrice Européenne sur les listes électorales

Le tribunal administratif de Dijon avait essentiellement retenu la pression sur les électeurs avec en particulier le fameux tract « avis à la population » où le Maire pour faire croire qu’il avait raison dans l’affaire contre son ancien adjoint prétendait qu’il déposait plainte contre nous (et son ancien adjoint) pour diffamation. Il laissait ainsi croire que s’il déposait plainte, c’est qu’il se sentait sûr de lui et capable de prouver à la justice que ses opposants mentaient. Il annulait ainsi les deux arguments les plus redoutables contre sa gestion passée. Il s’est cependant bien gardé de déposer réellement plainte, car il savait que nos informations étant exactes, s’il le faisait, c’est lui qui serait débouté.

En conséquence, le tribunal administratif de Dijon avait annulé les élections municipales de Laignes.

Le Maire avait alors fait appel auprès du Conseil d’Etat. L’appel étant suspensif, il était resté en place dans l’attente de l’arrêt du Conseil d’Etat. Celui-ci n’a retenu que notre 1er grief (plus de bulletins que de votants) et a donc retiré la différence de voix, ce qui conduit à l’annulation seulement de l’élection de Mme Deparrois.

Evidemment, tous ceux, très étonnés du résultat inattendu des dernières municipales et qui attendaient avec impatience un nouveau vote pour corriger cette injustice, vont être très déçus.

De notre côté, même si nous savons que la majorité de la population ne nous a pas désavoués, nous nous retrouvons sans moyens de travailler et nous allons sans doute être fortement démotivés. Nos deux élus ont déjà l’impression de ne servir à rien, cette impression ne va que s’amplifier…

Nous allons nous réunir prochainement pour décider de la conduite à tenir, mais désormais, les Laignois doivent savoir qu’ils en ont pour 5 ans encore de cette équipe qui pense que l’avenir est à Châtillon et non plus à Laignes…

A moins qu’il y ait encore un recours possible en cassation…

Mes Vœux 2015 publié dans la presse

•5 janvier 2015 • 2 commentaires

Ces vœux seront les derniers que j’aurai l’honneur de présenter en tant que Conseiller Général, en effet en mars prochain, suite à une réforme votée par les députés, les Conseillers Généraux n’existeront plus et l’on votera pour élire des Conseillers départementaux.

Cette réforme est un mauvais tour de plus joué à la ruralité qui perdra son dernier élu de proximité  sachant écouter et aider chacun au plus près du territoire. Pour ma part, j’ai adoré cette mission que j’ai accomplie pendant 20 ans où on pouvait vraiment aider la population, les associations, les communes et monter des projets pouvant ensuite être développés sur tout le Département (canton de Laignes le premier en Côte d’Or à lancer un second remembrement, à instituer des accompagnateurs dans les transports scolaires, à créer un centre S@ti 21…)

J’en veux beaucoup à Nicolas Sarkozy qui, en 2010, supprimait les cantons et les conseillers Généraux pour les remplacer par des super conseillers territoriaux représentant plus la ville que la campagne. A partir du moment où la suppression était actée, il était impossible de revenir en arrière et la loi constitutionnelle imposait une représentation équitable (en nombre d’habitants) et paritaire (homme-femme). Cette nouvelle loi, si elle corrigeait un peu les excès de la loi Sarkozy, n’en éloignait pas moins l’élu du territoire.

Dans le Châtillonnais, le terrain avait déjà été préparé, contre ma volonté, par la majorité des élus locaux qui avaient décidé de créer cette monstrueuse communauté de commune réunissant 107 communes et 21037 habitants. Aujourd’hui, comment s’étonner que le futur canton regroupe précisément cette même configuration. Les élus qui l’ont voulue hier, sont mal placés pour la critiquer aujourd’hui.

De même, les élus qui ont permis la fermeture des services publics depuis plus de 10 ans dans les bourgs centres sont mal placés aujourd’hui pour parler de déménagement du territoire (A Laignes, par exemple, disparition des cadres de l’équipement, de l’ONF, du trésor public, de la gendarmerie et à partir du 1er mai, à la demande du Maire, de la Poste !…)

Pour ma part, je resterai un défenseur indéfectible de mon territoire et quelle que soient les résultats des prochaines échéances (y compris municipales puisqu’à Laignes on va revoter…) je resterai au service des habitants et des élus.

Meilleurs voeux 2015 à tous, que cette nouvelle année vous apporte santé, travail, bonheur et joie !

2014 en révision

•30 décembre 2014 • Laisser un commentaire

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 21 000 fois en 2014. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 8 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

BREAK DE MI FESTIVAL, OUVERTURE DE L’ACTE II

•3 juillet 2014 • Laisser un commentaire

Devant l’affluence des inscriptions et le succès des rencontres de Laignes, les organisateurs ont décidé cette année d’ajouter deux jours aux rencontres et de les organiser en deux sessions.

Le premier acte s’est clos avec la projection en plein air de « Van Gogh »

Entre les deux sessions, une randonnée pédestre était organisée pour découvrir la région. Après la grotte de la Baume l’année dernière, Gilles Michel, président du Comité Départemental de la Randonnée Pédestre (mais aussi mon beau-frère…) et guide pour la journée, a proposé un circuit en direction du lac de Marcenay.

DSC_0002

DSC_0008DSC_0016

Par un circuit à travers forêts et vignes le lac fut atteint puis contourné pour arriver à l’observatoire des oiseaux.

DSC_0025

L’arrivée sur la plage a permis au plus grand nombre de piquer une tête dans l’eau déjà chaude du lac puis de prendre un peu de repos autour d’un agréable pique-nique.

DSC_0030

17h au VOX, c’était déjà la reprise des travaux avec la projection de 40 minutes du futur film de François Guerch « Cap aux bords », un pré-montage très apprécié, jugé par beaucoup comme déjà définitif, une discussion très fournie et argumentée qui a permis à François Guerch de prendre beaucoup de notes et d’exposer ses parti-pris de réalisateur-monteur.

DSC_0036DSC_0037

L’ouverture de l’acte II des rencontres se faisait en soirée, lunettes 3D sur le nez pour découvrir dans d’excellentes conditions techniques (images et sons) l’incroyable dernière production de Jean-Luc Godard « Adieu au langage » (Ah ! Dieux, Oh langage ! selon la version du réalisateur Suisse)… Un film d’1h10, suivi de discussions nourries autour d’un verre de bière au foyer du festival, l’ancien café de la Fontaine.

DSC_0038

LE FESTIVAL DANS ET HORS LES MURS

•2 juillet 2014 • Laisser un commentaire

Hors les murs, c’était tout d’abord la dernière séance (comme au cinéma…) de la gymnastique pour filmeurs dans le parc avec Jean-Louis Le Tacon, contraint de nous quitter dès cet après-midi.

C’est aussi le stade sportif de Laignes, transformé l’espace d’une semaine en camping improvisé pour accueillir les jeunes participants aux rencontres de Laignes, bonne ambiance, et finalement, avec le beau temps, confort relatif (cette année, plusieurs Laignois ont proposé une chambre, on espère que dans les années qui viennent, une majorité de festivalier puisse trouver un accueil chez l’habitant, c’est plus convivial et surtout cela crée des liens et des relations sympathiques, fortes et durables…)

DSC_0441

DSC_0444

C’est enfin, pour la première fois dans ces journées, une séance en plein air ouverte à tous sur la place de la mairie. Au alentours de 10h20, lorsque la pénombre est devenue suffisante la projection du « Van Gogh » de Piala a pu commencer. Excellente qualité d’image et de son, grâce à la prestation très professionnelle des techniciens de PANORAMIC et à leur matériel ultra moderne (projecteur numérique grande puissance, écran géant gonflable, sono stéréo…). Plus de spectateurs du cru que de festivaliers (ceux-ci, majoritairement les Belges, étant enfermés au VOX pour suivre sur grand écran, le 8e de finale de football de la Belgique [victorieux, on la su rapidement par les klaxons…] contre les USA)

DSC_0454

DSC_0457

DSC_0456

Dans les murs, ce furent aussi les deux ateliers autour de l’hôpital psychiatrique de André Robillard et autour de la clinique de Laborde à Saint Alban.

Le matin, Henri François Imbert a dû affronter quelques critiques jugées parfois un poil agressives à propos de son film de la veille. Il a su toutefois y répondre calmement, justifiant son parti pris de réalisateur et ses choix de montage (c’est aussi le but des rencontres, c’en est d’ailleurs sans doute l’un des aspects les plus pédagogiques, chacun au final retenant les options correspondant le mieux à sa personnalité.) Le nouveau film en devenir de Henri-François Imbert toujours autour d’André Robillard présenté ce matin fit par contre l’unanimité.

DSC_0445DSC_0447DSC_0451

L’après-midi, avec de nombreux intervenants venu de Saint Alban et de nombreux petits films ou extraits de films dont des rushes retrouvés récemment à la clinique de Laborde (16mm noir et blanc, muets) à la puissance incroyable a emporté l’adhésion et l’enthousiasme de l’ensemble des participants.

RESPIRATION DANS LE PARC POUR LE FESTIVAL DE CINEMA DE LAIGNES

•1 juillet 2014 • Laisser un commentaire

La deuxième séance de gymnastique pour filmeurs animée par Jean-Louis Le Tacon grâce au retour du soleil a pu se faire de bon matin sur les pelouses du jardin public de la mairie. Les futurs cinéastes ont ainsi appris les gestes permettant sans effort de filmer sans trembler et ont éveillé certains muscles très utiles à l’équilibre et à la maîtrise de soi.DSC_0408Le deuxième séminaire autour de Wang Bing, à la demande générale, s’est aussi organisé au même endroit. Les démonstrations, les leçons de cinéma de Wang bing ont à nouveau subjugué les festivaliers qui ont énormément appris. Grâce à son excellent traducteur, Wang Bing a pu communiquer très gentiment avec chacun.

DSC_0413

Le repas, organisé comme chaque jour, à la salle des fêtes est un autre moment d’échange, où tous ensemble, personnalités invitées, organisateurs et festivaliers se retrouve à égalité devant la fontaine à vin ou au comptoir de service…

DSC_0388

L’après midi était consacrée à l’un des ateliers qui ont fait la renommée du festival de Laignes : les jeunes réalisateurs, comme les plus confirmés viennent avec leur film en construction, les montrent à leurs collègues et en discutent ensuite, écoutant les critiques, les félicitations, les encouragements, les conseils… Un moment essentiel, unique et privilégié. L’occasion de tester en vraie grandeur et en présence d’un public nombreux et très cinéphile, une œuvre en devenir, l’occasion d’avoir des réponses à des questions que tout réalisateur ou tout monteur se pose au moment de finaliser son travail.

DSC_0434DSC_0436

Les premiers à se lancer dans cet exercice parfois périlleux furent cet après-midi Jen Debauche avec sa « trajectoire du cyclope » (titre qui n’est déjà plus le bon), puis Oliver Dekegel avec son « Rond est le monde »…

Le film de soirée, « André Robillard, en chemin », présenté par son réalisateur Henri-François Imbert a fait l’unanimité autour d’un personnage dont la folie confine au génie… Un film qui donne envie de voir la suite (« Robillard en compagnie », film en cours de réalisation), mais cela c’est pour demain !

DSC_0437

Autres rendez-vous très attendus : la projection (gratuite et ouverte à tous) en plein air sur la place de la Mairie, mardi soir à 22h du « Van Gogh » de Piala avec Jacques Dutronc, également mercredi matin, la randonnée pédestre également ouverte à tous en direction du lac de Marcenay pour un pique-nique sur la plage, et aussi, jeudi soir au cinéma Sélect de Châtillon-sur-Seine, la projection en 3D (séance gratuite et ouverte à tous) du très beau film de Werner Herzog « La grotte des rêves perdus », un film totalement d’actualité, puisque la grotte Chauvet, sujet principal de ce film, vient d’être classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

WANG BING GRANDE VEDETTE A LAIGNES

•30 juin 2014 • Laisser un commentaire

Selon les mots de Patrick Leboutte, délégué général des rencontres cinématographiques de Laignes, peu de monde à Laignes connaît Wang Bing, pourtant l’un des plus grands cinéastes Chinois contemporain, mais bientôt à Pékin, on connaîtra Laignes !…

DSC_0398

Cette deuxième journée des rencontres a commencé sur les chapeaux de roues avec la gymnastique pour filmeurs animée par Jean-Louis Le Tacon à la salle des fêtes pour cause de mauvais temps…

DSC_0001


Le duo Leboutte-Le Tacon a ensuite donné sa vision du cinéma moderne : le rêve de Godard réalisé grâce aux moyens très légers de prise de vue en numérique, plus besoin d’une équipe nombreuse et de beaucoup de matériel, on est beaucoup plus près de la réalité, on peut se permettre de rapporter des images sans influer sur le sujet filmé, on peut à tout moment faire des images, tout non professionnel peut devenir filmeur, le cinéma se démocratise et des moments de spontanéité inédits vont voir le jour.

DSC_0004

Deux grands moments de cinéma ont empli le reste de la journée : la projection en 35mm du classique « Fous à délier » de Marco Bellocchio de 1975 et exactement sur le même thème, le magnifique « A la folie », dernier film de Wang Bing : 3h47 d’images incroyables tournées dans un asile au sud de la Chine. Filmer au plus près, sans jamais tomber dans le piège du voyeurisme, c’est ce qu’a magnifiquement réussi l’invité vedette du festival Laignois.

DSC_0400

La soirée, entièrement consacrée à un séminaire Wang Bing a permis à la salle d’exprimer son admiration, mais également de poser des questions très pointues auxquelles Wang Bing ne s’est pas dérobé.

DSC_0402

 

 

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.